• Tel : (230) 269 62 54

  • Dans deux posts précédents, nous avons abordé la notion de douleur, et en particulier de la douleur chronique. Nous avons compris que la douleur n’est pas matérialisable, qu’ elle n’est pas objectivement quantifiable, on peut simplement en mesurer les manifestations. La douleur est  » une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle , ou décrite en terme d’une telle lésion  » .


    Au travers l’exemple des coureurs de trail, nous avons compris que la douleur est en fait plus ou moins « ressentie » en fonction de l’interprétation que notre cerveau fait du message nociceptif (message de douleur).  Formidable capacité de notre cerveau qui permet d’expliquer ces facultés hors norme qu’ont ces coureurs de fond, à pouvoir repousser leurs limites physiques. Aussi à part la stimulation des nocicepteurs périphériques, d’autres facteurs vont aider à initier le neurotag douleur, c’est le cas des croyances, de certaines pensées, du stress, de la peur, des antécédents douloureux, etc … Si il s’inscrit dans le temps, ce neurotag devient plus facilement activable , et nous parlons  alors de facilitation « centrale ».


    Dans l’article ‘Vous souffrez de douleur chronique ? Ce que vous devez fuir !’, nous avons compris que cet état de facilitation centrale de douleur pouvait être renforcé par des pensées « virales » (croyance, éducation, etc .) que nous développons en nous même, ou qui peuvent être transmises par un tiers (ex , amis, famille,professionnels de santé).


    Je vous invite à relire ces 2 articles, avant de poursuivre d’avantage celui-ci.


     “Oui … mais quel rapport avec le Miracle Machin ? ».


    Je suis tombé, un peu par hasard sur un livre publié par un auteur américain, et il m’a semblé évident que cela pourrait constituer un apport pour nos patients,  d’autant qu’ils souffrent de douleurs chroniques. Il est très fréquent, lorsqu’en tant que chiropracteur, j’aborde avec nos patients  la nécessité d’une activité physique X ou Y quotidienne, de me voir retourner l’excuse du “manque de temps”. Manque de temps, à cause du travail, des enfants, des taches ménagères, etc …. « Miracle Morning » est alors une solution à considérer.


    « Miracle Morning », est une méthode de développement personnel, popularisée par un américain Hal Elrold au travers d’un livre vendu à des millions d’exemplaires (lien amazon). Si cette méthode connait autant de succès, c’est qu’elle promet une amélioration notable dans différents domaines : travail, famille, sérénité, etc … en s’imposant une sorte de “routine matinale ». Hal Elrold explique qu’il suffit d’avancer son réveil de plusieurs minutes voire quelques heures pour travailler à son bien-être et gagner en qualité de vie. Durant cette période que l’on s’accorde exclusivement à soi même, il s’agit de réaliser 6 types d’exercice, que Hal Elrod intitule les SAVERS pour Silence, Affirmation, Visualisation, Exercice Physique, Reading (Lecture) et enfin Scribing (Ecriture).


    Pour faire court . Les exercices  proposés dans l’ordre ou le désordre sont les suivants  :

    SILENCE : Pour réduire son niveau de stress, l’auteur explique à titre d’exemple, que la méditation est un pré-requis nécessaire pour se concentrer sur ses priorités et gagner en sérénité.

    AFFIRMATION : Il s’agit là de cultiver la pensée positive en répétant une sorte de mantra tous les matins, en rapport à ce que l’on veut améliorer dans sa vie. L’exemple est donnée de grands sportifs comme Mohammed Ali qui se répétait sans cesse qu’il était le meilleur.

    VISUALISATION : Il s’agit toujours là de cultiver la pensée positive, en visualisant ses objectifs à atteindre ( immédiats ou futurs) .

    EXERCICE : Les vertus de l’exercice sont évidemment multiples à la fois physiques mais également cognitives.  Nous mettons régulièrement sur notre page facebook  , des liens vers des études scientifiques sérieuses, qui démontrent l’absolue nécessité d’une activité physique régulière.  En s’appliquant cette exigence quotidienne, on s’accorde un temps supplémentaire pour soi, et l’excuse de « je n’ai pas le temps » ne tient plus.



    READING : L’auteur recommande une vingtaine de minutes de lecture, pas plus. Il s’agit là par exemple de lire des choses aussi diverses que variées telles que des livres sur le développement personnel , ou des livres en rapport à des domaines  (professionnels, philosophiques, santé , bien-être . etc . ) que nous souhaitons approfondir.

    SCRIBING : Coucher ses objectifs du jour par écrit, ternir un journal personnel, se lancer dans l’écriture d’un livre , l’élaboration d’un projet, etc …  participent à ce conditionnement « positif ».

    Il s’agit là d’un cheminement très personnel , je vous invite à faire l’acquisition du livre de Elord pour découvrir en détail la méthode, et de l’utiliser selon vos besoins et objectifs.
    Neanmoins et pour en revenir à nos moutons, si vous souffrez de douleur chronique, chacun de ces 6 exercices vous sera profitable, afin d’opérer un veritable déconditionnement par rapport à vos douleurs.


    Silence/Méditation : Cet exercice, peut être l’occasion de vous concentrer sur votre respiration et de l’améliorer. On connait aujourd’hui l’importance que revêt la respiration abdominale dans la stabilité du bas du dos. Ceci est bien connu du Yoga ou du Pilates, et est désormais intégrer dans l’évaluation des patients dans le cadre de leur réhabilitation. D’autre part, une methode utilisée par certains psychologues, dite de “méditation en pleine conscience”, a démontré scientifiquement sont intérêt dans la prise en charge des lombalgies (douleurs de bas dos ) . Le patient apprend au travers de la méditation à apprivoiser sa douleur et non plus à la considérer comme un signal de danger.


    Affirmation :  Nous l’avons expliqué dans l’article sur les coureurs de trail, la douleur n’exprime pas nécessairement la gravité d’une lésion surtout lorsqu’elle est chronique. Une fois que votre praticien a posé le diagnostic , qu’il vous a rassuré sur la sévérité de votre problème et sur son pronostic, considérez cette information comme fiable. Appuyez vous sur le discours de votre praticien pour accepter et affirmer l’idée d’une issue favorable à cette souffrance.
     
    Visualisation : De nombreuses  études ont montré la capacité de différents types de stimulations perceptuelles à moduler l’action motrice. Ceci est bien connu de certains sportifs comme les skieurs alpins, qui visualisent mentalement leur course , à la seconde près, afin d’améliorer leurs performances une fois la compétition venue. C’est du conditionnement qui permet une meilleure activation de leur schéma moteur. Or on sait qu’en cas de douleur chronique, ce schéma moteur ( la manière dont nous activons nos muscles pour nous stabiliser, nous mouvoir, etc.) peut être affecté, et qu’il est nécessaire de le restaurer. Si vous suivez des séances de réhabilitation, il peut être intéressant de profiter de ce moment matinal pour visualiser les « patterns » qui vous auront été appris. D’autre part, il sera également très bénéfique de vous visualiser en train de  réaliser une activité qui vous semble encore impossible. Ex, vous souffrez d’une sciatique chronique, qui vous empêche de pouvoir faire des randonnées auxquelles vous tenez tant … visualisez vous en train de faire ces randonnées, sans douleur, en profitant des plaisirs de que cette activité peut vos procurer.


    Exercices : Il s’agit là bien sûr, d’une occasion de réaliser des exercices qui peuvent vous avoir été prescrits dans le cadre de votre prise en charge. Mais également d’alterner un jour sur l’autre, avec une autre activité telle que de la marche.  Accordez vous au moins 20 minutes d’exercices matinaux.


    Reading : Peut être là aussi l’occasion d’orienter quelques lectures sur l’amélioration de votre santé. Par ex parcourir  un livre sur l’importance de l’alimentation sur les douleurs chroniques.  Les sujets en rapport avec la santé et le bien-être sont inépuisables. Si le sujet particulier de l’alimentation, vous intéresse, je vous recommande vivement le livre d’un confrère américain le Dr David Seaman, très en pointe sur cette question “The Deflame Diet: Deflame your diet, body and mind“.


    Scribing : Libre à vous par ex, de tenir un journal de bord sur vos progrès et vos objectifs en rapport avec vos incapacité du moment, ou encore de planifier le reste de votre semaine en y incorporant d’avantage d’activité physique, ou encore d’imaginer une nouvelle ergonomie dans le cadre de votre activité professionnelle et de coucher tout cela à l’écrit.



    Conclusion : En cas de douleur chronique, il s’agit impérativement d’apprivoiser la douleur , et de ne surtout pas la laisser dicter votre vie. Cela passe nécessairement par un travail à réaliser sur soi et cela demande de s’accorder du temps. La méthode proposée par Hal Elrold , profitant d’un reveil très manital, est certainement une des options à considérer pour tendre vers une meilleure santé  !